Les derniers articles :



[Bilan Sziget 2009] Olivier « post-scriptum »

Plus de 50 articles au final, 30 concerts, 3 interviews et plus d’un millier de photos de concerts, dee festivaliers, de babes et de bogosses, le tout pour plus de 1500 photos publiés sur le blog, quasiment en direct, tout au long des 7 jours du festival !  Rien que cela, nous en sommes fiers…

C’est ma 3e année de couverture médiatique du festival Sziget. Et pourtant, c’est un peu une première, d’une certaine façon. Si le dispositif de blog en direct est resté le même, le fait de ne plus travailler pour Lycos mais mon propre média We are on stage par Wearemedia.fr comme le fait d’y aller à deux seulement avec Eric, ami expert de musique et ancien batteur, a considérablement changé tant le travail sur place que mon point de vue sur le festival.

Programmation

Côté programmation tout d’abord, si certains iront pinailler en regrettant la présence de tel ou tel artiste, celle-ci reste à la hauteur et hétéroclite, même si le rock reste très représenté. Des groupes comme Birdy Nam Nam (élu meilleur concert de Sziget 2009 par un jury dont je suis le seul membre) et Naïve New Beaters (de vrais rockers et des bêtes de scène) ont enflammé la scène et nous ont tous deux offert de superbes moments d’interview, d’autres comme Offspring ou Lily Allen auraient mieux fait de s’abstenir. Enfin, des groupes hongrois, à l’image de l’excellent Realistic Crew découverts en concert et en interview (album téléchargeable sur leur site, voir le lien en fin de l’interview) m’ont confirmé que la Hongrie est bien terre de création musicale.

Reste que les 600 concerts proposés durant cette semaine de festival, et toutes ces découvertes musicales que nous avons faites (Danko Jones, Iam X, Miss Platnum) m’auront laissé un souvenir impérissable, alors que les Babylon Circus, fidèles à eux-mêmes, ont assuré comme jamais (ou plutôt, comme toujours), et que le dantesque Tricky m’a fait oublier l’espace de quelques chansons que j’étais là avant tout pour le photographier. Je n’oublierais pas Squarepusher, Prodigy et Fatboy Slim, de très bons souvenirs.

Ambiance

Côté festivaliers et ambiance, cela reste une expérience unique et exotique, tant l’île d’Obuda, un ancien terrain militaire, se transforme l’espace de ce festival en une mini-ville de plus de 70000 habitants quotidiens (en tout, 395000 visiteurs cette année), d’une soixantaine de nationalités, tous venus faire la fête le temps d’une semaine sur une île de la taille du 3e arrondissement de Paris.

Nos photos prises à la volée, malheureusement trop peu nombreuses à notre goût (mais il fallait bien rester enfermé devant le pc pour vous concocter la douzaine d’articles quotidiens publiés), sont là pour en témoigner. Des looks improbables, un festival de lunettes et de chapeaux à la con (comme quoi, mes sacs sont pas si improbables…), des filles habillées moins que de raison, des sacrés teufeurs, des anges descendus du ciel, des bombasses, des bogosses de compétition, des rockers et des hippies (dont certains sur le retour), et même des « missionnaires-teufeurs-pour-Jésus » et des prosélytes juifs chanteurs… tout se croise et se mélange à Sziget dans une cacophonie de langues. Nos diaporamas ne suffiront pas à témoigner de ce qu’est un festival comme Sziget.

No photo ?

Reste que côté concerts, ou plutôt fosse photographe, le travail de journaliste / photographe sur place semble être plus difficile. Nous avons par exemple été refusé de photos à tous les concerts « fermés » de la Grande Scène Internationale (il faut une autorisation du management du groupe), à l’exception d’Offspring, et il nous a été bien plus difficile d’avoir des interviews que précédemment.

Si le festival s’ouvre toujours plus grand à l’étranger, et notamment à la France (12000 français l’année dernière, 16000 attendus cette année), il semblerait que les médias, et notamment étrangers, ne soient plus si bienvenus. Et pourtant, l’équipe de Sziget France n’aura jamais ménagé ses efforts, même s’ils ont été parfois vains, et nous la remerçions !

We were media !

Dernière nouveauté, Eric, mon acolyte. Si le dispositif de blog en direct fonctionnait déjà avec 2 reporters aguerris et un reporter amateur, cette expérience fut pleinement différente, et enrichissante.

Le choix d’Eric ne fut pour autant pas évident. Sans redouter le manque de professionnalisme ou de sérieux, il s’agissait pour lui d’une vraie première, et de quelle ampleur ! Résultat des courses, il s’adapta très vite et fut très rapidement opérationnel (il sauva par exemple notre première journée de photos, ayant raté la totalité de ma série pour une obscure et honteuse raison…). S’il a encore peiné pour se faire aux contraintes techniques et informatiques, et pour comprendre le fonctionnement implicite et parfois obscur d’un festival et de ses services de presse, Eric a été un reporter. D’ailleurs, personne n’en aura douté durant tout le festival, à commencer par ses pairs.

Cela prouve bien qu’au-delà des tropismes journalistiques, un simple amateur, s’il lui sont donnés les moyens et la parole, peut couvrir un festival en direct comme les autres et, sans trop se vanter, mieux que les autres. Wearemedia.fr a un slogan, « prenez la parole, on vous la donne !« . Eric l’a prise, et a su l’utiliser. Il continuera à le faire pour We are on stage très prochainement.

Mercis et clins d’oeil

Je tenais à remercier toutes ces personnes qui ont fait que ce blog existe, notre partenaire technique Wielo et notre superbe et talentueuse graphiste Opale (dont je vous conseille le blog Pixiome), qui ont rendus ce blog opérationnel et aussi beau.

Ensuite, forcément, je tiens à remercier Eric d’avoir accepté de se prêter à l’expérience, et d’avoir fait son « vis ma vie de reporter festivalier » en ma compagnie. Au-delà du travail accompli, une bonne partie de fun !

Merci ensuite à Robert, « ancien-mais-toujours-là » que j’ai eu grand plaisir à revoir et à cotoyer pour quelques moments privilégiés, merci à Christina et à Adam du service presse de Sziget, à Prune Valentin et Hélène Picon de Sziget France, à Clotilde Noël, et bien sûr à Gyuri, qui sait pleinement à quel point il m’est chaque année indispensable et agréable de le voir.

Un merci final à Fabien Chareix, tant pour ses conseils et ses photos qu’il nous a gentiment données pour le blog que pour sa gentillesse et son grand-angle. Au passage, lisez son blog sur Sziget 2009, ça vaut le détour.

Et parce qu’il le faut bien, un big up à Chloé (j’ai des casseroles !)  et Christian (les fantasmes de l’hôtesse de l’air et du coup du photographe réunis…), un coucou à Marie ainsi qu’à ma nantaise psychotropée préférée, un bisou à Miss Sziget 2009 et enfin une pensée pour Emilie et Arnaud (ce qui tombe bien, vu qu’il y a en fait 2 Arnaud et 2 Emilie visés…). Merci enfin au labrador mort, qui m’aura laissé assez de laisse les années précédentes pour couvrir Sziget les premières fois. Comme ça, je crois qu’on a fait le tour…

A l’année prochaine ? …

Nous pensons refaire le même dispositif de blog en direct pour Sziget 2010, sous réserve d’obtenir cette année encore les accréditations nécessaires (clin d’oeil appuyé à qui de droit :p )

Et avec l’année prochaine une innovation : de la vidéo (enfin !), et une troisième personne pour renforcer la fine équipe des reporters We are on stage !

… et même avant !

Plus proche de nous, nous allons suivre en direct d’autres festivals, évènements, concerts ou manifestations en France et à l’étranger. Nous cherchons d’ailleurs activement des festivals et concerts à couvrir…

Si vous êtes organisateur de soirées, propriétaire de salle, tourneur, manager, artiste, musicien, producteur, attaché de presse, média, éditeur/diffuseur, partenaire potentiel ou tout simplement intéressé pour nous aider et collaborer avec nous pour couvrir le maximum d’évènements culturels, contactez-nous !


olivier [at] wearemedia.fr ( remplacez le [at] par @ )

Olivier MIGNOT

directeur – fondateur de We are on stage / Wearemedia.fr

DOSSIER : En direct de Sziget 2009 !

Partagez et faites tourner !
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • Wikio FR
  • Print
  • RSS
  • Digg
  • del.icio.us
  • LinkedIn
  • Live
  • Netvibes
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
  • Wikio
  • Yahoo! Buzz



  1. Clem le Dimanche 23 août 2009

    J’ajoute ma participation au jury du meilleur concert du Sziget : les Birdy l’emportent sans aucune contestation ! Un live de taré !

  2. Pixiome le Dimanche 23 août 2009

    Merci à vous !!

  3. [...] Bilan : Olivier Mignot Partagez et faites tourner ! [...]

  4. [...] Bilan : Olivier Mignot Partagez et faites tourner ! [...]